World peace in the family ...

Version française après les photos

The 2016 and 2018 “World Peace One Friendship At A Time” journeys are starting in the exact same way: with family. In 2016, on our way to Turkey through ex Yugoslavia, spending time with family made me feel uneasy because, although I love my family, I agonized over whether or not I was “just playing” instead of “creating bonds with people I met on the road”.

Now that I just spent several days in Paris with my niece Naïri; a week in Geneva with several nieces, nephews as well as my brother Sandro; and five days on the twisty roads of France with my brother Berdj, I made an important realization: world peace starts at home, with the family! It is a bumpy road: fun times and challenges are interwoven tightly and in some cases, peace evades us altogether. However in the end, the search for peace propels us onto a path of self discovery and, hopefully, acceptation. The way I see it, time together is the most meaningful gift one can give — even with people you’ve known since you were born. Maybe especially them.

 With Naïri while promising that next time we come, we are going INSIDE the Moulin Rouge! 

With Naïri while promising that next time we come, we are going INSIDE the Moulin Rouge! 

IMAGE.JPG

Picking up the bikes and putting them back together

IMG_0002.JPG

Marrying one of my nieces off ... 

 With Berdj: taking a break to ensure that we can still walk straight after all the crazy twistees ...  

With Berdj: taking a break to ensure that we can still walk straight after all the crazy twistees ...  

F30EEF10-11F1-42F2-804B-0F6D37A51B72.JPG

The new generation of Haroutunians

IMAGE.JPG

Les voyages de “La Paix dans le Monde une Rencontre à la fois”, en 2016 et maintenant en 2018, ont tous deux commencé de la même manière: en famille. En 2016, alors que nous étions en route pour la Turquie à travers l’ex Yougoslavie, j’étais un peu mal à l’aise de passer du temps en famille. Quoique je les aime tous profondément, j’agonisais à la pensée que je ne faisais que de “m’amuser” au lieu de “créer des liens profonds avec les gens que je rencontrerais sur ma route”.

Maintenant que je viens de passer plusieurs jours à Paris avec ma nièce Naïri; une semaine à Genève avec plusieurs de mes neveux, nièces et mon frère Sandro; et cinq jours sur les routes sinueuses de France avec mon frère Berdj, j’ai compris quelquechose d’important: la paix dans le monde, ça commence à la maison, avec la famille! Ça peut être chaotique parfois: les moments de joie et de difficultés, sont intimement liés et dans certains cas, la paix nous échappe complètement.  Mais au bout du compte, cela oblige une démarche intérieure et on peut espérer arriver au moins à une certaine acceptation. Comme je vois les choses, passer du temps ensemble c’est le cadeau le plus significatif à partager — même avec ceux et celles que l’on connaît depuis sa naissance. Peut-être même spécialement ceux-là.